Vous envisagez d’acquérir un bien immobilier, mais vous avez un revenu mensuel trop faible pour procéder à un achat direct. L’une des solutions envisageables est de contracter un prêt auprès d’une structure financière. Cependant, vous devez connaitre votre taux d’endettement pour savoir si vous êtes éligible à un prêt immobilier. Renseignez-vous alors sur les divers éléments pris en compte dans la détermination de ce taux d’endettement maximal.

Un taux d’endettement variable d’une banque à une autre

Plusieurs éléments sont pris en compte par votre banque pour déterminer votre taux d’endettement. Au nombre de ceux-ci, il y a :

  • les divers prêts que vous avez déjà contractés
  • les pensions alimentaires
  • le loyer de votre habitation
  • les dépenses quotidiennes.

En somme, toutes les obligations que vous êtes tenues d’honorer mensuellement sont prises en compte pour évaluer votre capacité d’endettement.

La détermination de votre revenu mensuel prend en compte l’ensemble des revenus du ménage et les pensions alimentaires perçues. Ce calcul ne prend pas en compte la part variable du salaire et les primes. Il ne prend en compte que les revenus réguliers. Toutefois, cela permet de définir la différence sur le maximum de la somme de votre emprunt. Le taux d’endettement varie d’une banque à une autre, car chacune d’elle a sa propre politique sur les risques et une manière particulière pour calculer le taux d’endettement.

Un taux d’endettement maximal théorique de 33 %

Les divers organismes de crédit français essaient de ne pas excéder un taux d’endettement de 33 %. Dépasser ce seuil expose généralement à des risques de non-recouvrement du débiteur. Les demandes d’octroi de crédits dans le secteur de l’immobilier ne cessent d’augmenter. Cette situation pousse les banques ou les organismes de crédit à prendre plus de mesures préventives à partir de 2020.

En d’autres termes, le prêteur est exposé à un risque de non-paiement des mensualités au fur et à mesure que le taux augmente. Cela peut être dû à une augmentation de charges ou la survenue d’éléments nouveaux. Respecter une telle barrière permet à l’emprunteur d’ériger un garde-fou pour éviter le surendettement.

Cette limite est théorique, puisque dans la pratique les banques s’intéressent plus à la somme disponible après la déduction de vos revenus et des mensualités de prêt. Vous pouvez assister éventuellement à une diminution de votre taux d’endettement à 30 % par exemple pour un revenu mensuel faible. Il est aussi possible de remarquer une augmentation qui peut monter jusqu’à un taux de 40 %. Cela dépend de votre salaire mensuel, plus vous gagnez et plus le taux est en hausse.

Une éventuelle surélévation du taux maximal d’endettement

Une possibilité d’élévation du taux d’endettement à 35 % comme seuil théorique maximal est en cours, ce qui devrait permettre à certains ménages d’augmenter leur capacité d’emprunt. Il est possible d’atteindre un taux de 40 % si vous avez un revenu annuel équivalent ou excédant un montant de 120 000 euros. Un taux d’endettement maximal de 50 % est prévu pour un revenu annuel plus important comme un montant allant à 150 000 euros l’année et plus. De plus, la nature de votre projet d’acquisition joue un rôle important dans la détermination de votre taux d’endettement.

En résumé, le taux d’endettement maximal prend en compte votre revenu mensuel ou annuel, vos diverses charges, la nature de votre projet. Sa valeur dépend aussi des risques que votre banque est prête à prendre.