Souvent incontournable, le courtier immobilier se présente comme la meilleure option pour trouver les meilleures offres de crédit immobilier. En cela, il représente un intermédiaire qui peut se faire un salaire assez intéressant, selon les cas où il est appelé à intervenir. Retrouvez ici, comment est calculée sa rémunération.

Une rémunération calculée en fonction du profil

Vous trouverez sur le marché, des courtiers gratuits qui perçoivent leur commission seulement si l’offre de crédit est accordée par la banque. Contrairement à eux, vous trouverez aussi des courtiers qui vous feront payer les recherches, que celles-ci aboutissent ou non. La différence entre ces deux acteurs, se trouve au niveau de leur rémunération.

Le salaire d’un courtier varie en fonction de son expérience, de sa zone d’implantation, et de ses contrats. Ajoutez à cela un salaire variable selon les commissions qui peuvent découler du traitement des dossiers et du client.

Ainsi un conseiller courtier débutant devra commencer par des contrats gratuits pour se faire la main, mais surtout pour prouver son efficacité sur le marché. Un courtier expérimenté pourra mettre ses 5 années d’expérience et son réseau de partenaires en avant afin de facturer ses services usuels. Un courtier expert, free-lance ou engagé par une franchise verra son salaire pointer vers d’autres horizons.

Les modes de rémunération des courtiers immobiliers

Tous les profils de courtiers immobiliers peuvent accéder à deux types de rémunération qui combinées, leur permettent de témoigner d’honoraires intéressants. Il s’agit de la rémunération fixe et de la rémunération variable.

La première concerne le salaire touché par le courtier en tant que salarié auprès de l’entreprise qui l’embauche. Il doit y respecter des heures de travail et atteindre des objectifs imposés par l’entreprise en tant qu’employé.

La deuxième est touchée auprès de la banque ou de l’organisme prêteur en tant qu’apporteur d’affaires. Du moins pour la première partie, car la deuxième elle, est touchée auprès du client. Elles constituent donc les commissions du courtier qui représentent la partie variable de sa rémunération. Si la première est souvent plafonnée par les banques et représente un pourcentage (de 1 % généralement) du prêt obtenu, la deuxième partie est fixée par le courtier immobilier en fonction des prestations effectuées pour le client.

Rémunérations approximatives des courtiers immobiliers

Les courtiers immobiliers se doivent d’être compétents dans plusieurs domaines afin de fournir un service de qualité auprès de leurs clients. Cela leur permet de profiter, en plus de leurs salaires, de primes et de commissions qui dépendront grandement de :

  • leur expérience,
  • leur niveau d’étude,
  • et leurs performances sur le marché.

Un courtier débutant ne devra pas compter sur un salaire d’entreprise, et pourra dégager grâce à ses commissions, près de 30 000 € annuellement, soit environ 2 500 € par mois.

Un conseiller expérimenté en immobilier pourra prétendre à une rémunération entre 40 000 et 60 000 € par an, soit une mensualité de 3 400 à 5 000 €.

Un courtier expert embauché par une franchise ou à son compte en tant que mandataire, peut quant à lui réaliser plus de 100 000 € par an, soit une coquette somme de 8 400 € environ par mois.

lille immeubles

Trouver un courtier, pour optimiser votre logement bénéficiant de la loi Pinel sur Lille

Après avoir lu les informations sur cette page : https://www.invest-immo-lille.com/loi-pinel-lille/, vous avez décidé de vous lancer dans ce type d’investissement, très intéressant pour vous créer un patrimoine ou améliorer votre future retraite. Afin d’optimiser encore un peu plus votre placement, il est préférable de faire appel à un courtier, pour trouver la meilleure offre de crédit du moment. En effet, l’achat d’un logement pouvant bénéficier du dispositif loi Pinel est obligatoirement un investissement locatif. Ainsi en plus des 12, 18 ou 21 %, liés à la durée de la location de votre bien,

  • Vous aurez le droit de déduire les intérêts d’emprunts de vos revenus fonciers.
  • Vous pourrez en plus déduire vos frais de dossier ou d’inscription hypothécaire.

Vous avez donc tout intérêt de faire appel à un courtier, qui sera bien plus à même qu’un établissement bancaire classique, de prendre en compte tous ces paramètres.

Attention, afin d’éviter la sur-optimisation fiscale, les niches fiscales sont dorénavant plafonnées. Veillez bien à ne pas dépasser les seuils fixés par l’État. Quoi qu’il en soit, l’achat d’un logement reste aujourd’hui est un très bon investissement, d’autant plus si vous optez pour un bien bénéficiant de ce type de dispositif.