Artblog.fr » Culture » Billebaude : la Fondation Sommer à la croisée de l’art, la recherche et la nature

Billebaude : la Fondation Sommer à la croisée de l’art, la recherche et la nature 0

La chasse est un sujet parfois compliqué à aborder par certains individus. Dénonçant les pratiques effectuées par les chasseurs, les personnes peinent à apprécier ce loisir. Pourtant, derrière des pratiques que l’on peut facilement dénoncer, il subsiste des passionnés qui mettent tout en oeuvre pour respecter l’environnement. Au travers d’une revue intitulée Billebaude, La Fondation François Sommer tend à montrer combien il est agréable de redécouvrir le monde qui nous entoure et les ressources naturelles mises à notre disposition.

Les principes abordés mettent d’ailleurs l’accent sur ce respect de la nature. Si tout le monde prenait le temps d’ouvrir les yeux sur nos ressources naturelles, notre monde nous en serait reconnaissant. Qu’il s’agisse des animaux, des végétaux ou des humains, l’important est d’apprendre à vivre tous ensemble. Cette cohabitation est la plus dure, mais avec de bonnes connaissances et une bonne volonté, tout ce petit monde pourra vivre de belles années ensemble.

Revue Billebaude

Une chasse responsable au coeur des principes de la Fondation Sommer

La Fondation François Sommer fut créée en 1964, par François Sommer et son épouse Jacqueline. Conscients de certaines problématiques, ils ont souhaité mettre leurs connaissances à la contribution des individus. Ainsi, ils marquent les personnes en leur apprenant que la chasse a pour principe de respecter l’environnement et les ressources naturelles.

Le 30 novembre 1966, la Fondation fut reconnue d’utilité publique par un décret. En ce temps, elle était nommée « Maison de la Chasse et de la Nature ». Un nom qui en dit long sur les principes que François et Jacqueline Sommer souhaitaient véhiculer. Aujourd’hui, c’est à Paris qu’il faut se rendre pour découvrir le musée de la Chasse et de la Nature, ainsi que le club de la Chasse et de la Nature. Dans les Ardennes, nous retrouvons un domaine et une école. Le premier conserve la faune réintroduite en France après la guerre. Le deuxième n’est autre qu’une école proposant de former des passionnés aux techniques d’une chasse responsable et de gestion de la forêt.

C’est bien plus tard, en 2012, que la revue Billebaude voit le jour. Proposé semestriellement, ce magazine regroupe des articles complets sur divers sujets qui touchent de près la Fondation Sommer. En véritable lieu d’accueil, mais surtout d’échanges, il était tout naturel qu’une revue voie le jour dans les kiosques. Un moyen simple de se rapprocher de ses lecteurs et d’en toucher davantage. Et nul besoin d’être un chasseur pour pouvoir apprécier les articles proposés dans le magazine. Si vous êtes simplement amoureux de la nature et conscients qu’il est important de protéger le monde dans lequel vous vivez, alors vous serez accueilli comme il se doit. Une manière d’indiquer à tout un chacun que le plus important dans cette démarche est de conserver le bien-être de notre planète.

Apprendre à vivre avec les ressources naturelles qui nous entourent

Mis en avant comme un monstre ou comme une douce bête, l’ours est proposé au public selon deux facettes très opposées. Tantôt l’ennemi juré des hommes, tantôt une grosse peluche que les enfants s’arrachent, l’ours n’en reste pas moins un être vivant. La mission que se donne la revue Billebaude est de repenser les enjeux de la cohabitation entre les hommes, les animaux et la nature. À la croisée de l’art, la recherche et la nature, la revue se veut délicatement aborder des sujets importants. La planète souffre d’actions mises en place par les vivants. En apprenant à cohabiter, notre planète aurait la possibilité de se reposer et de ne pas lutter contre les agressions qu’elle subit au quotidien. Cela passe notamment par une bonne gestion des ressources naturelles. Une gestion mise au clair par cette revue détaillée.

Billebaude tisse des liens forts entre la recherche, l’art et la gestion de l’environnement. Conserver la nature est une des priorités de la Fondation Sommer. Grâce à sa mise en place du magazine, les acteurs majeurs de la Fondation savent comment faire prendre conscience aux lecteurs que la connaissance est indispensable s’ils souhaitent participer à la question de l’écologie.

Une faune protégée

La chasse sauvage a malheureusement pris le dessus sur la chasse protectrice. Les années passent et les chasseurs sont de plus en plus nombreux, accompagnés de leurs chiens. Ils traquent la faune et ne se préoccupent pas de les respecter. Ils les abattent sans retenues, ne se doutant pas une seule seconde que leurs actes peuvent avoir des répercussions bien plus importantes qu’il n’y paraît. Avec sa revue, la Fondation François Sommer propose à ces chasseurs et à son public, des articles riches impliquant de prendre conscience que la faune doit être préservée.

Cette préservation est d’autant plus importante qu’elle permet la protection totale d’une faune bien souvent traquée par des chasseurs. Cependant, comment pourrions-nous vivre dans un monde où l’humain serait le seul être vivant ? Il est inconcevable de penser de cette façon. Or, c’est en participant à la protection de la faune que l’humain pourra continuer son chemin au fil des siècles.

Des représentations riches en émotion

Les mots ont beaucoup d’impact sur l’humain s’ils sont positionnés de la meilleure des manières possibles. Cependant, les représentations ont encore plus de poids, surtout lorsqu’il s’agit de montrer l’animosité dont certains humains sont dotés. La Fondation François Sommer a compris cette notion et a fait appel à des artistes pour illustrer les propos de ses revues semestrielles. Gravures, photographies réelles et oeuvres d’art contemporaines s’enchaînent au fil de la lecture. De puissantes images qui viennent appuyer la force des écrits de spécialistes. Comment comprendre l’impact que nos gestes ont sur l’environnement autrement qu’avec des images ?

La chasse

Des auteurs passionnés et qualifiés

Il n’y a rien de pire que de mentir sur des faits aussi importants que ceux-là. C’est la raison pour laquelle la Fondation François Sommer a tenu à proposer aux lecteurs des récits plus que réels. Témoignages, interviews et réflexions poussées, les spécialistes sont mis à contribution pour retransmettre leur savoir-faire par écrit. Chercheurs, journalistes, acteurs de terrain, artistes, ils sont tous appelés à participer à l’élaboration de ce magazine.

La contribution de spécialistes permet ainsi d’appuyer les écrits. Les auteurs marquent une réalité parfois oubliée. Telle une piqûre de rappel, ils arrivent à mettre en avant, de manière subtile, qu’il est préférable de conserver les ressources naturelles, plutôt que de les épuiser.

Des numéros passionnants

Le lapin est souvent mis à mal par notre société. Parfois utilisé comme animal de laboratoire, comme animal domestique ou encore comme gibier, il englobe à lui tout seul de nombreuses facettes. Dans la revue Billebaude, il est montré de quelle manière l’homme gère la nature.

Comme tout autre sujet que les animaux, nous pouvons parler du climat. Au travers de récits et témoignages, les auteurs marquent un point en indiquant comment l’homme en est arrivé au point de bouleverser l’équilibre de notre planète, la Terre.

Enfin, dans la liste des numéros passionnants de la revue, nous ne pouvons pas passer à côté de son fameux numéro « Forêt » qui montre très largement comment l’homme exploite la faune et la flore. Une interrogation profonde qui amène les lecteurs à repenser sans attendre leur définition de la forêt.

Diffuser au monde une image positive de la chasse

François et Jacqueline Sommer s’inscrivent dès le départ dans une démarche bien particulière de respecter les ressources de la nature, de partager les richesses du patrimoine artistique et culturel et également d’arriver à une chasse raisonnée. En sortant tous les semestres leur revue, la Fondation Sommer aborde des thèmes tels que le loup, l’ours, la forêt, la ruralité, le climat et le lapin. Elle imagine un monde meilleur où tous les hommes s’inscriraient dans une perspective croissante que la chasse peut être raisonnée et, surtout, qu’elle respecte les ressources naturelles.

En plus de ces écrits, les acteurs majeurs de la Fondation proposent au public d’exceptionnelles collections au sein de leur musée de la Chasse et de la Nature. Ces oeuvres concernent bien évidemment la chasse et le monde animalier. En se basant sur la cohabitation, ils ont souhaité diffuser à un grand nombre de personnes une image positive de la chasse raisonnée. Le rapport « homme – animal » est très largement soutenu dans toutes les apparitions de la Fondation François Sommer. Ce rapport permet au musée de la Chasse et de la Nature de recenser une collection de plus de 9000 oeuvres. Un nombre qui indique combien la Fondation Sommer est adepte de la conservation de la nature et du partage de connaissances aux personnes qui les entoure.

Même après la mort des créateurs de la Fondation, cette dernière a su s’imposer à travers le monde, proposant à tout un chacun une multitude d’informations. Club, musée, revue, tout est mis en place pour dénoncer la chasse barbare et proposer aux passionnés une chasse raisonnée. Protéger la faune et la flore doit être une priorité pour chacun. Ne fermons pas les yeux sur le monde qui nous entoure. N’attendons pas que le temps passe en restant observateur. Soyons acteurs raisonnés, soyons respectueux et protégeons les ressources naturelles.

Pour vous :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *