Artblog.fr » Culture » Les Arts : La Nature de l’Homme ?

Les Arts : La Nature de l’Homme ? 10

Les discussions philosophiques sur la nature de l’Homme et sa raison d’être qui ont largement imprimé de leur emprunte l’époque libérale ont amené les philosophes à affirmer que l’Homme était cet être sans nature qui devait, dans un geste d’auto-détermination, s’en conférer une. Cette nature qu’il se donne, c’est la culture. Il est en travail permanent sur lui-même, sur son rapport à la vie et aux objets qui l’environnent. Ce lent et infatigable progrès de la liberté sur les déterminations biologiques incontestables qui encadrent son mode de vie marque le développement prodigieux de la culture dans les sociétés humaines. La culture c’est ce que produisent, de concert, les arts par lesquels le génie de l’Homme s’exerce. Apprendre à connaître l’art, c’est s’intéresser à l’Homme. La propension inextinguible de celui-ci à catégoriser et à classifier systématiquement les objets et les phénomènes l’a amené à découvrir 7 grandes catégories d’arts qui recrutent chacune des qualités et des prodiges singuliers de technique et de méthode.

Balade au milieu de la culture et de ses 7 arts majeurs

De l’architecture

On classe communément au rang de 1er art l’architecture. En effet, l’architecture occupe une place de choix qui se comprend aisément quand on sait l’utilité de ses ouvrages. C’est l’art de la construction. Rien n’est plus indispensable à une cité que l’élévation de bâtis par lesquels les citoyens acquièrent protection et confort contre les ennemis et les intempéries. Dans l’antiquité, l’architecture était déjà une science et un art qui avait acquis de nombreuses certitudes et connaissances sur ses lois et ses mérites. Que ce soit les amphithéâtres romains, les basiliques, ou encore le Parthénon, l’architecture antique avec ses colonnes, ses pilastres, ses chapiteaux affirmaient sa singularité. Des auteurs, comme Vitruve, avaient déjà proposé des traités et des analyses poussées sur cette architecture. Les différentes architectures qui ont vu le jour par la suite au cours de l’Histoire, comme l’architecture romane et ses tympans sculptés, l’architecture gothique avec ses voûtes en ogives, l’architecture moderne avec l’apparition de l’usage du fer, incarne parfaitement l’évolution de la culture, des tendances, des influences, et des intentions dans un art donné.

De la sculpture

Travail virtuose de la matière, la sculpture est l’art de la taille. C’est l’art du tailleur. Elle existe depuis le néolithique. En effet, la sculpture est un art travaillé par les hommes depuis la nuit des temps, selon l’expression consacrée, et a constitué un art sacré au service des croyances religieuses. Ses destinations utilitaires ne se sont pas bornées à de simples représentations d’avatars ou d’icônes, mais ont aussi eu pour effet de soutenir des architectures, par exemple les caryatides, mais aussi à ornementer des édifices. La sculpture en ronde-bosse, la plus connue et populaire, n’est pas la seule expression de l’art de la sculpture. En effet, on peut compter au nombre des créations de cet art, les retables célèbres que l’on trouve dans les cathédrales, les bas reliefs, les tympans sculptés, ou encore les microarchitectures comme les dais sculptés…A la fin du XVème siècle, on théorise les arts. Alberti a écrit un traité décisif intitulé De statua.

De la peinture

Le troisième art majeur de l’antiquité est la peinture. Cet art très ancien jouit d’une moins bonne conservation compte tenu des spécificités liées aux pictogrammes. C’est l’art de la représentation. Par ailleurs, il convient de relever que les célèbres temples grecs que l’on perçoit habituellement en “blanc”, étaient peints jadis, et perçus par conséquent en couleur par les contemporains. Il en va de même des sculptures. Ce sont les auteurs grecs eux-mêmes qui renseignent les savants sur ses couleurs qui autrefois couvraient les différents édifices et sculptures grecs. Dans cette formidable épopée de la peinture et du coloris, les fresques de Pompéi occupent une place prépondérante. La peinture a aussi été marquée par les célèbres fresques qui parcourent les plafonds des églises, notamment celui de la chapelle Sixtine. Dans le cadre de la théorisation des arts, le célèbre Alberti a produit un traité qui a pour titre De pictura. La peinture d’Histoire-celle des récits glorieux, et la peinture religieuse appartiennent au genre noble. Les portraits, et les natures mortes appartiennent à un genre jugé moins noble selon la classification établie à la renaissance.

De la musique

Le quatrième art est la musique, des muses grecques qui inspiraient les aèdes et les poètes aux guitares que grattent des amateurs et passionnés de musique, elle occupe une place de choix dans l’épanouissement de l’âme. Nombreux sont les musiciens qui révèlent d’eux-mêmes qu’il leur serait impossible de vivre sans ELLE. C’est l’art des émotions de l’âme. La musique semble évoluer au rythme des autres arts. En effet, la musique baroque, et la musique classique partage en commun des valeurs avec les mouvements des arts plastiques qui ont reçu les mêmes noms. En faveur de cette remarque on peut d’ailleurs relever que la musique contemporaine est mue par les mêmes intentions anti-conventionnelles que celles qui traversent les arts plastiques. La musique accompagne depuis le moyen-âge les chansons des troubadours. Les flûtes, les viole de gambe, les clavecins, les orgues sont des instruments typiques de l’époque du moyen-âge (saviez vous par ailleurs qu’à l’époque les cordes de guitare étaient fabriquées en boyaux !) et de l’esprit de l’amour courtois qui la traversait, tandis que le piano et le violon sont plus modernes. De même la guitare et son influence sur le rock et ses intentions transgressives, incarne parfaitement ce rapport entre la société et l’art musical.

De la Litterature

Le cinquième art est la littérature, des premières comptabilités qui marquent la naissance de l’écriture, à la littérature dans ses lettres de noblesse, une évolution lente et progressive s’est déroulée. C’est l’art de l’intellect et du concept. Des premiers soubresauts utilitaires de cette discipline des mots à la production d’une œuvre de critique sociale telle que celle de Balzac, de nombreux auteurs et artistes sont venus apporter leur contribution. La littérature dans sa dimension romanesque incarne l’esprit de la critique des relations sociales et des affaires publiques. Elle a incarné un pouvoir de subversion aussi spectaculaire qu’incontestable notamment lorsque ses meilleurs représentants ont décidé de prendre position en faveur d’un personnage public, Voltaire en faveur de Calas, ou Zola en faveur de Dreyfus. Enfin traversée par les idées de son époque, le concept d’anti-héros dans la littérature contemporaine tend à prouver sa dépendance au paradigme anti-traditionnel des arts modernes.

Du théâtre et de la Danse

Des premières œuvres de la tragédie grecque, et des danses sacrées des sociétés primitives, aux théâtres modernes, en passant par la danse classique. L’art de la grâce et de la mise en scène. Le théâtre et la danse sont d’abord connus au travers des dionysiaques, cette manifestation en plein air et en cercle, où le danseur principal appelé saltimbanque était entouré de la foule. Le théâtre et la danse appartiennent au registre des arts de la mise scène. Toutefois, ces arts ne sont pas sans relation avec les arts plastiques et la musique compte tenu du fait qu’ils dépendent eux aussi des influences de la société. En effet, il existe aussi un théâtre classique et un théâtre baroque, ainsi qu’une danse classique et contemporaine. Par conséquent, ces arts du corps dans ses mouvements, et la représentation théâtrale des sentiments et des relations humaines, établissent des correspondances avec les autres disciplines artistiques. Racine, Corneille, et Molière, pour le théâtre, font partis des génies les plus influents et populaires.

Du cinéma

Le 7ème art marque l’entrée de l’art dans le triomphe de la modernité technique. C’est l’art de la virtualité. Un art où les illusions sont reines. Inventé par les frères Lumières, d’abord dans un soucis de réalisme et de mise en lumière du milieu ouvrier, le cinéma devient rapidement un art de la propagande d’Etat avec les grandes nations telles que l’Allemagne, l’Amérique avec les téléphones blancs, et la Russie-avec la productivité supposée du célèbre Stakhanov. C’est un art des effets spéciaux et des jeux optiques. Le cinéma est un art qui, par excellence, trompe les sens des spectateurs. Il est de toute évidence le plus moderne des 7 arts et, probablement, celui qui exerce la plus grande influence sur la culture de masse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *