Souffrez-vous d’une érection douloureuse qui s’éternise sans éjaculation pendant plus de 4heures ? Nul doute qu’il s’agit du priapisme. Il entraine de sévères conséquences sur la vie sexuelle de l’homme. Il faut penser à un traitement immédiat. Découvrez dans cet article tout ce qu’il faut savoir afin de prendre les bonnes décisions. 

Le priapisme : un dysfonctionnement érectile

Le priapisme : qu’est-ce que c’est ? 

Le priapisme est une érection permanente qui survient sans aucune stimulation sexuelle et qui n’est pas suivie d’éjaculation pendant des heures. C’est un dysfonctionnement érectile qui provoque une érection très douloureuse au cours d’un rapport sexuel ou sans aucun désir sexuel. 

En effet, ce sont souvent les hommes de 40 ou 50 ans qui sont victimes de ce dysfonctionnement érectile provoquant des lésions dans le pénis. Ces lésions atteignent le corps caverneux, ce qui doit faire intervenir urgemment une prise en charge médicale. 

Cette prise en charge doit avoir des objectifs précis. Ces objectifs doivent prendre en compte le soulagement du patient afin de mettre fin à l’érection, de détecter la cause et d’empêcher la récidive. Il faut avant tout détecter le type de priapisme afin de savoir réellement quoi faire. 

Les types de priapisme

Il existe trois types de priapisme à savoir : 

  • Le priapisme ischémique ;
  • Le priapisme non ischémique ;
  • Le priapisme récidivant.

Le priapisme ischémique est le cas dominant des troubles constatés. Il est caractérisé par un débit sanguin de faible amplitude. L’érection dans ce cas est très rigide et très douloureuse. Il faut l’intervention urgente d’un médecin pour éviter d’autres troubles pouvant agir sur votre vie sexuelle. 

Quant au priapisme non ischémique, l’érection n’est pas trop rigide et les douleurs sont très moindres au bout de 4 heures. Le pénis dans ce cas contient du sang oxygéné. Le problème est résolu dans l’immédiat pour la plupart des cas observés. On peut dire qu’une urgence médicale n’est pas de mise, mais il le faut pourtant pour tout mettre au point. 

Enfin, le priapisme récidivant est un dysfonctionnement érectile provoquant une érection irrégulière et récurrente. Il peut être dû à une drépanocytose qui n’est pas traitée de la même manière dans tous les cas. Une thérapie hormonale peut aider le patient. 

Les causes du priapisme

Les causes du priapisme sont multiples. Nous pouvons citer entre autres : 

  • Un trouble de la circulation sanguine ;
  • La drépanocytose ;
  • Les cancers pelviens (du pénis, de prostate, de la vessie ou des testicules) ;
  • La leucémie ;
  • Trouble de coagulation  ;
  • La formation de caillot dans les artères ;
  • Le traumatisme des testicules ;
  • Le traumatisme du pénis après une chute ;
  • La chirurgie de revascularisation pénienne ; 
  • La thalassémie ;
  • La métastase de cancer urologique ;
  • L’alcool ;
  • La cocaïne ;
  • La marijuana ;
  • Les médicaments antihypertenseurs, antidépresseurs, anticoagulants ou antipsychotiques ;
  • Traumatisme crânien ; 
  • La tumeur cérébrale ;
  • La sclérose en plaques ;
  • L’urétrite ;
  • Un accident endoscopique ;
  • La maladie de Vaquez ;
  • La thrombocythémie essentielle ;
  • La sphérocytose congénitale, etc.

Cette liste n’est pas exhaustive, car les causes sont très nombreuses. Néanmoins, il est bien de savoir qu’il peut arriver qu’on ne trouve aucune cause pour cette maladie. Vous êtes alors dans un cas de priapisme idiopathique. 

Les symptômes du priapisme

Les symptômes de ce mal ne sont pas difficiles à reconnaitre. Nous avons : 

  • Une érection qui dure pendant des heures (plus de 4 heures parfois) ;
  • Érection douloureuse (pas dans tous les cas) ;
  • Absence d’éjaculation ;
  • Un gland mou sans gonflement pendant l’érection ;
  • Pénis rigide.

Lorsque vos érections deviennent involontaires, permanentes ou douloureuses, vous souffrez certainement d’un priapisme. Vous découvrirez sur le net un priapisme photo. 

Traitements du priapisme 

Pour guérir du priapisme, il faut des traitements antalgiques. Outre ces traitements, il faut tenter d’éjaculer lorsque l’érection n’est pas trop douloureuse. Dans le cas contraire, on peut également recourir à l’intervention d’une ponction des corps caverneux qui consiste à aspirer le sang dans une seringue. Cela se fera sans doute après une anesthésie locale et durera 30 minutes environ.